vidéosurveillance, vidéo surveillance, vidéo protection, réglementation, collectivités, caméras, infos, éthique, technologie, biométrie, sécurité, délinquance, vidéo gestion, délinquance, vidéo, surveillance
     

Ministère - Le rôle du référent sûreté dans le conseil et le diagnostic

Lors de la réunion AN2V intitulée « Quelle méthodologie de déploiement pour la vidéosurveillance urbaine ?», organisée le 15 mars dernier, Philippe Payn - DGPN Pôle judiciaire Prévention et Partenariats, Ministère de l'intérieur - est revenu sur le rôle du référent sûreté, les formations et sur l'évolution de ce métier.



Le référent sûreté

"Le référent sûreté peut être un policier ou un gendarme, qui a reçu une formation spécifique pour lui permettre d'apporter une aide, notamment par le biais de conseils, dans le domaine de la prévention technique de la malveillance et plus particulièrement de la vidéoprotection. "



La formation

Ces référents sûreté reçoivent une formation de 4 semaines, dont une dédiée à la vidéoprotection. Au cours de cette formation, ils reçoivent à la fois des éléments déontologiques, juridiques et techniques...


Une collectivité doit-elle systématiquement faire appel à un référent sûreté ?

"Non, ce n'est pas obligatoire. C'est une possibilité que nous offrons à nos partenaires pour les aider à mieux dimensionner et à mieux prendre en compte leur problématique, à savoir : pourquoi ont-elles besoin d'un dispositif vidéo? Comment l'adapter pour le rendre le plus opérationnel possible et répondre à leurs besoins?"



Une collectivité faisant appel à un référent sûreté obtiendra t-elle plus facilement une aide de la part du FIPD?

"Ceci peut faire partie des éléments pris en compte par la préfecture ou par le Comité de pilotage stratégique pour accorder des subventions. L'objectif étant que les dispositifs soient le plus opérationnels possible, à partir du moment où elles ont bénéficié des conseils émanant de référents sûreté, elles ont effectivment plus de chances d'obtenir des subventions émanant du FIPD."


Et les cabinets privés?

"On ne rentre pas du tout dans le même champ d'actions. Nous sommes juste conseils de l'ordre stratégique pour aider les collectivités à déterminer quel système répond le mieux à leurs besoins, leur permettre de mieux rédiger les cahiers des charges. Nous ne rentrons pas du tout dans la phase 'étude de faisabilité'. Les cabinets privés ont donc toujours leur place..."


A la fin 2010, deux référents sûreté par département...

"Ceci rentre dans le plan gouvernemental de prévention de la délinquance.... On devrait obtenir par la suite au minimum deux policiers référents sûreté et deux gendarmes référents sûreté par département.




Comment contacter les référents sûreté?

"La collectivité doit s'adresser à la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) au niveau police en province, ou au Commandant de groupement de gendarmerie. Pour Paris et la petite Couronne, les collectivites concernées doivent s'adresser à la Direction territoriale de la Sécurité de proximité (DTSP)."

Lundi 29 Mars 2010
Virginie Cadieu
Virginie Cadieu